Techniques de dessin: l’ombre et la perspective


Le dessin reste la façon la plus rapide de représenter une idée, de concevoir une œuvre achevée ou un croquis.

un-croquis.jpg

Pour mieux dessiner, il existe plusieurs techniques de dessin au service de la créativité. La notion de perspective est généralement le problème dans l’étude et la représentation des volumes. En effet, l’homme ne peut pas le volume, il l’interprète par les ombres, les reflets et la perspective.

Comment faire des jeux d’ombre sur le dessin ?

Un dessin sans ombres est un dessin comme confus, déstructuré et peu harmonieux. L’ombre permet de montrer une perspective, de donner du volume et une vie au dessin. Pour faire des jeux d’ombre sur le dessin, il est important de déterminer d’abord la source de lumière, sa position, son intensité, son angle d’attaque, sa couleur et sa taille car, par exemple, plus la lumière est intense, moins il y a d’ombres (on supprime généralement les lignes exposées à une grande source de lumière pour plus d’effet), et plus elle est grande, plus l’ombre sera diffuse.

jeux-dombre.jpg

Ensuite, les ombres ne sont pas posés au hasard sur le dessin, il faut prendre en compte le type d’ombre, à savoir les ombres dites portée, directe, zone d’ombre maximum, zone de lumière naturel ou éclat de lumière.

Perspective cavalière et perspective centrale

La perspective cavalière est une technique de dessin permettant de représenter en 2D des objets qui existent en 3D. Dans la perspective cavalière, il n’y a pas de point de fuite, donc la taille des objets ne rétrécie pas en s’éloignant. Quant à la perspective centrale, c’est la représentation qui se rapproche le plus la perception visuelle humaine. Cette perspective permet par exemple de visualiser une sphère comme un cercle si celle-ci n’est pas trop décalée du champ de vision. Elle a été notamment utilisée dans les peintures de la Renaissance, celle qu’on voit sur une photo.